évènement

Babel 2.0. Où va la traduction automatique ?

Le jeudi 23 jan. 2020 à 09:00
Cycle des Petits Déjeuners de la Science et de l'Innovation #PDSI 
  • Type
    Je dis Science
  • Lieu
    4, PLACE SAINT GERMAIN DES PRÉS
  • Organisateur Société d'Encouragement pour l'industrie nationale
  • Thème
    Sciences et innovation
  • Entrée
    Entrée gratuite sur inscription

Lancement du cycle des Petits Déjeuners de la Science et de l'Innovation #PDSI 2020! 

Babel 2.0. Où va la traduction automatique ?

Avec Thierry Poibeau 
Directeur de recherche au CNRS 
Directeur adjoint du Laboratoire LATTICE 

La question de la traduction automatique s’est posée dès la naissance de l’informatique. Elle semblait alors accessible, mais quiconque, aujourd’hui, utilise les traducteurs automatiques disponibles sur Internet sait que, malgré les remarquables progrès effectués, on est encore loin d’une traduction toujours fidèle.

La complexité du langage naturel et ses ambiguïtés sont bien faites pour dérouter les algorithmes pleinement rationnels de nos ordinateurs. Les réseaux de neurones qui pratiquent l’apprentissage profond sont la dernière en date des multiples stratégies déployées pour parler avec la machine… et s’en faire comprendre.

Lors de cette conférence, on essaiera de présenter (sans trop entrer dans la technique) la raison du succès récent des réseaux de neurones. On examinera l’état actuel des techniques et leur utilisabilité, c’est-à-dire leur mise en œuvre concrète dans des milieux professionnels (et aussi, à l’inverse, les applications pour lesquelles la traduction automatique n’est absolument pas possible pour des raisons de qualité ou d'acceptabilité).
 



Thierry Poibeau est directeur de recherche au CNRS et directeur adjoint du laboratoire LATTICE (Langues, Textes, Traitements informatiques et Cognition) à l’Ecole normale supérieure. Il est actuellement titulaire d’une chaire PrAIRIe (Paris Artificial Intelligence Research Institute) en traitement des langues naturelles et humanités numériques. Il travaille également en étroite collaboration avec l’université de Cambridge.
Partager

Fichier(s) à télécharger