évènement

Le vent s'est levé

Intervenants

Dominique Bidou
Ingénieur des Mines et démographe, Dominique Bidou a été notamment directeur au Ministère de l'Environnement, président de l'association HQE (Haute Qualité Environnementale) et du CIDB (Centre d'Information et de Documentation sur le Bruit). Ces fonctions l'ont convaincu   que la mobilisation des acteurs n'est possible qu'en ouvrant des perspectives et en leur en donnant l'envie." Son dernier ouvrage « Le vent s’est levé », Éditions PC, novembre 2020.

Rencontre avec Dominique Bidou

Le mercredi 12 jan. 2022 à 18:30
Cycle Prospective de la vie future
  • Type
    Prospective de la vie future
  • Lieu
    4 place Saint-Germain-des-Prés 75006 Paris
  • Organisateur Société d'Encouragement pour l'industrie nationale
  • Thème
    Entreprises et Développement durable
  • Entrée
    Entrée libre sur inscription

Cycle Prospective de la vie future. Regards sur nos sociétés dans trente ans

Organisé conjointement par le Comité Constructions et Beaux-arts de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale et le Cobaty

Rencontre avec Dominique Bidou

Ingénieur des Mines et démographe, Dominique Bidou a été notamment directeur au Ministère de l'Environnement, président de l'association HQE (Haute Qualité Environnementale) et du CIDB (Centre d'Information et de Documentation sur le Bruit). Ces fonctions l'ont convaincu   que la mobilisation des acteurs n'est possible qu'en ouvrant des perspectives et en leur en donnant l'envie." Il présentera son ouvrage « Le vent s’est levé », Éditions PC, novembre 2020.

Une dédicace de son livre sera organisée à l'issue de la rencontre.

Entrée gratuite sur inscription
Le Pass sanitaire sera demandé pour l'accès à la salle

INSCRIPTION

« Un livre pour donner envie du développement durable. Les alertes ont été multiples : scientifiques, artistes, écrivains, philosophes, économistes, politiques… Depuis plus d’un demi-siècle, les atteintes à la planète, notre milieu de vie, notre garde-manger, nos ressources, ont fait l’objet d’alertes de plus en plus pressantes. En vain. Une autre voie se dessine. Conjuguer croissance du bien-être des humains et prospérité de la planète est à notre portée. Le confinement provoqué par la crise sanitaire en a esquissé quelques contours. Le vent s’est levé. Un nouveau monde se construit, une page nouvelle de l’aventure humaine, un développement durable.

Le mouvement écologiste s’est progressivement orienté vers la défense contre les mauvais coups portés à la planète. Des atteintes globales, comme le réchauffement climatique ou la chute de la biodiversité, ou locales, comme la pollution de nappes phréatiques et les dégradations de la qualité de l’air dans les villes. Le concept de qualité de vie a disparu des discours. Celui-ci s’est concentré sur le volet défensif, et n’offre pas de perspectives positives pour notre futur. Juste éviter le pire. Les amateurs de football savent bien qu’une équipe ne peut gagner en ne jouant que sur sa défense. Il lui faut aussi une attaque, et c’est cette dernière, qui, en définitive, fait vibrer les stades. En complément de l’écologie « défensive », il faut une écologie « offensive », celle qui fait rêver, qui propose un monde où la qualité de vie des humains se renforce tout comme la qualité des milieux naturels, et non à leur détriment. Une écologie qui donne des raisons positives de se battre. Pas « parce qu’on n’a pas le choix ».

L’humain au cœur de la réflexion. Tout démarre avec lui, ses aspirations, ses envies, sa qualité de vie. C’est sur ce socle que l’on construit des politiques qui seront bénéfiques aussi à la planète. Elles restent à construire et à mettre en œuvre. Ce n’est pas gagné d’avance, mais l’inverse ne fonctionne pas. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.
Ce livre propose une exploration. Une recherche de ce qui peut donner envie du développement durable, pour soi-même, ici et maintenant. L’expérience de l’auteur, qui a été notamment directeur au ministère de l’Environnement, président de l’association Haute Qualité Environnementale (HQE) et du Centre d’information et de documentation sur le bruit, l’a convaincu que la mobilisation des acteurs n’est possible qu’en ouvrant des perspectives et en leur donnant l’envie.

Partager