Préserver le patrimoine industriel

bibliothèque de la SEIN

Un Lieu de mémoire

La Société d’encouragement garde dans ses archives les projets de plus de 2000 inventeurs et parmi eux : Louis Pasteur, Pierre et Marie Curie, Becquerel, Jacquart, Lalique, Bréguet, Niepce, Christofle… Au XIXe siècle, la Société d’encouragement jouait en effet, le rôle de l’INPI, C’était l’un des endroits où l’on pouvait déposer des brevets, l’autre étant l’Académie des Sciences. 

Le fonds historique, une source précieuse pour l’histoire technique et industrielle de notre pays.

En 1890, la Société d’Encouragement a ouvert sa bibliothèque, conçue comme un des grands centres de documentation scientifique et technique de l’époque. Cette bibliothèque a joué un rôle considérable jusqu’aux lendemains de la Première guerre mondiale. Son activité déclinera dans l’Entre-deux-guerres, en raison des contraintes financières, puis elle cessera progressivement de fonctionner après la Seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui, lieu de mémoire, la bibliothèque garde les archives de projets de plus de 2000 inventeurs, chercheurs, et parmi eux Christophle, Scott de Martinville ou Pierre et Marie Curie. Cette bibliothèque conserve  tous les bulletins qui décrivent les inventions reçues et souvent présentées à l’Hôtel de l’Industrie. Du métier à tisser, en passant par des procédés de conservation alimentaire, des produits chimiques, des appareils photos et des outillages, tout ce qui a contribué aux prémices du développement industriel ont été répertoriés à l’Hôtel de l’Industrie. Elle comporte également des livres et des brochures ainsi que des collections de périodiques français et étrangers, relevant pour l’essentiel du XIXe siècle et du premier tiers du XXe.

La Société d’Encouragement a entrepris de publier un Bulletin comme support de son activité et de sa sociabilité. Il est paru sans interruption de 1802 à 1943. Ce Bulletin a eu pour finalité première et essentielle de rendre compte, mois par mois, des travaux des Comités spécialisés qui remplissent une mission d’expertise des inventions et découvertes qui leur sont soumises, et d’encouragement à l’innovation par le biais de prix, concours et récompenses. Le Bulletin est très vite devenu bien davantage qu’un organe interne de la Société, comportant, en plus des rapports des Comités, des listes de brevets français et étrangers, des notices d’actualité, des comptes rendus bibliographiques et, à partir de la fin du XIXe siècle, des articles de fond. Dès le début, le Bulletin a été accompagné de planches gravées sur cuivre, en hors-texte, qui témoignent de l’avènement du nouveau graphisme technique développé autour du Conservatoire des arts et métiers. A partir de 1855, des gravures sur bois sont également insérées dans le corps du texte. La photographie est régulièrement utilisée pour les illustrations au milieu des années 1890. Avec certains volumes, sont parfois reliées diverses brochures (annonces de prix et concours, liste des membres…). De la sorte, le Bulletin s’est affirmé comme un instrument majeur d’information technique et industrielle.

Son rayonnement est suffisamment attesté par le nombre de ses articles reproduits in extenso, résumés ou traduits dans nombre de périodiques français et étrangers. Fort de près de 500 pages dès le milieu du XIXe siècle, il s’est enrichi très fortement au début du XXe pour avoisiner les 2 000 pages par an !

L’accès au fonds

L’ensemble du fonds est consultable à la bibliothèque, sur rendez-vous (sauf au mois d’août).

Le Bulletin de la Société est mis à la disposition gratuite de tous sur internet. La collection complète, répartie en 166 volumes comprend une série de tables analytiques des matières et des noms (par année et par périodes pluri-annuelles) est désormais numérisée et mise en ligne sur le site du Conservatoire Numérique du C.N.A.M :

ATTENTION: Cette base a pour seul objectif de permettre aux utilisateurs du présent site et notamment aux chercheurs de visualiser et de consulter ces documents à des fins exclusivement culturelles, informationnelles et de recherche. De ce fait, aucune exploitation commerciale de ces documents ne saurait être envisagée.

Les colloques

La Société d’Encouragement accueille régulièrement dans ses locaux des chercheurs et des étudiants. Elle co-produit des conférences de prestige comme le colloque Edgard Morin et l’âme du cinéma, et le colloque L’imaginaire et les techniques ou des réunions d’experts comme celles du Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel (CILAC).

Les Journées Européennes du Patrimoine

Depuis 2016, L’Hôtel de l’Industrie est ouvert au public au moment des Journées Européennes du Patrimoine. Le programme de ces journées  est riche en événements : exposition, visites commentées, ateliers enfants créatifs et ludiques et conférences.

Retrouvez ces JDP sur les blogs consacrés à ces évènements:

Les JDP 2018 :  

JDP 2018

Les JDP 2017 :  Louis Vicat, 200 ans d'étonnement

JDP 2017

Les JDP 2016 :  De Scott de Martinville à nos jours : 160 ans d'histoire sonore

JEP 2016